Ozark (2017): après la pluie pas encore le beau temps…

Ozark est une nouvelle série de dix épisodes qui ont tous été mis en ligne le 21 juillet sur le site de Netflix. Le personnage principal, Marty Byrde (Jason Bateman) est en apparence un homme comblé.  Marié (son épouse Wendy (Laura Linney)) et père de deux enfants (Charlotte (Sofia Hublitz) et Jonas (Skylar Gaertner), c’est aussi un conseiller financier prospère travaillant dans une banlieue de Chicago. Pourtant, il tire la plupart de ses revenus du blanchiment d’argent qu’il effectue pour le second plus important cartel du Mexique. La chance tourne lorsque le grand patron Del (Essai Morales) découvre un trou d’au moins 8 millions $ dans ses revenus qui auraient été empochés par Marty et ses collègues. Impitoyable, Del les liquide tous sur-le-champ à l’exception du protagoniste qui sauve sa vie in extremis en lui proposant une nouvelle affaire juteuse. Sursis certes, mais de seulement trois mois. Direction : la région d’Ozark dans le Missouri. Nouveauté dont les premiers épisodes ont été réalisés par Jason Bateman lui-même, Ozark, malgré quelques formules creuses et des personnages qui nous laissent de glace se rattrape avec des intrigues originales. Et pour peu, on se rendrait jusqu’à la fin avant même de s’en rendre compte. En tous les cas, ceux atteints de déficience visuelle devraient au préalable ajuster leur appareil…

Un sang-froid… hors du commun

Marty et ses collègues étant très doués avec les chiffres, pendant au moins cinq ans ils ont réussi à gruger un peu d’argent ici et là sans que le cartel ne s’en rende compte. En fait, Del ne faisait qu’aller à la pêche et il s’est avéré qu’en effet, on le trompait. Dernier survivant du groupe, le conseiller financier convainc en désespoir de cause son « parrain » de lui accorder une seconde chance à Ozark. Cette zone balnéaire est très fréquentée durant l’été et il s’y transige beaucoup d’argent comptant, notamment en pots-de-vin envers les autorités. Le déracinement de toute la famille est bien entendu compliqué et surtout pénible pour Jonas et Charlotte qui doivent dire adieu à leur vie sociale. Une fois arrivé au Missouri, Marty tente de se faire passer pour un investisseur providentiel, mais la plupart des commerçants se montrent méfiants à son égard. Ce n’est que plus tard qu’il parvient à convaincre Rachel Garrison (Jordana Spiro) de renipper dans son hôtel qui est à deux doigts de la faillite. Tranquillement les affaires reprennent, mais on est loin des chiffres mirobolants que Marty à fait miroiter à son patron. Et pour ne rien arranger, non seulement des agents du FBI l’ont à l’œil, mais il y a aussi des voyous locaux qui savent l’emplacement et le montant d’argent que Marty a en réserve pour ses opérations illégales à venir.

Résilience est bien le mot pour qualifier tous les membres de la famille Byrde. En effet, il ne leur faut pas plus d’une semaine pour vider leurs comptes en banque et quitter à jamais les environs de Chicago. Si on comprend l’urgence de la situation, en revanche, leur réaction est pour le moins timorée. Mis à part la résignation dont font preuve Jonas et Charlotte qui ont été mis au courant de toute la vérité, c’est surtout le calme de Marty dans ces circonstances qui nous étonne. Trop détaché par rapport à tout ce qu’il perd, il est difficile de ressentir quoi que ce soit à son égard, en particulier lorsqu’il décide la tête froide de se suicider. Plus tard, il renonce à son « projet » parce qu’il a des doutes sur la fiabilité du remboursement de son assurance vie à sa famille. Tant pis, il faudra échafauder un autre plan.

On est un peu plus nuancé du côté de Wendy. Certes, elle ne pleure pas longtemps son amant que les hommes de Del ont jeté d’une tour d’habitation au premier épisode, mais dans l’ensemble, elle se révèle nettement moins automate que son mari. Il y a quelque chose de presque jouissif à la voir craquer dans un supermarché d’Ozark parce qu’ils n’ont pas sur leurs tablettes de la glace organique à la pistache… Plus tard, elle tente de convaincre un agent d’immeuble de faire de la décoration pour lui et y va de cet argument : « I know how to sell the idea of a happy family. »

Heureusement pour la nouveauté de Netflix, c’est justement grâce à la multiplication de scènes ou moments comme ceux-ci que l’on a assez de motivation pour enchaîner es épisodes. Sur le long terme, cette absence de sentiments chez les membres de cette famille devient même divertissante. On a le meilleur exemple dans les premiers plans de la série alors que pendant que Marty donne des conseils financiers à un couple, il regarde en même temps un sextape. Or, on apprend plus tard que c’est Wendy et son amant qui ont été filmés par un détective privé. Bref, les protagonistes semblent toujours avoir une longueur d’avance sur nous et pour le moment, la recette fonctionne.

Solstice d’hiver… en été

Chaque série est unique. D’abord, par son scénario, mais aussi par sa mise en scène à laquelle est apposée la signature du réalisateur. Seulement, certains choix artistiques en ce sens sont plus que discutables, ce qui est le cas d’Ozark au niveau de son éclairage. On l’a mentionné auparavant, les protagonistes laissent peu transparaitre leurs émotions, tout comme les personnages secondaires qui gravitent autour d’eux. À l’image de ceux-ci, les tons de gris et de bleu foncés qui dominent à l’écran reflètent cette insensibilité. Seulement, comme dans le remake d’Eyewitness d’USA Network à l’automne dernier, on veut trop marquer le coup. En effet, de voir les Byrde prendre leur repas du soir ou encore Marty conseiller ses clients dans la quasi-obscurité ne fait aucun sens. Pire est lorsque ce choix esthétique nuit à notre compréhension de l’histoire. Dans le cas qui nous intéresse, on a quelquefois des plans de personnages si mal éclairés que l’on peine presque à les reconnaître quand on les voit quelques scènes plus tard. Bref, une meilleure harmonie de l’ensemble aurait été souhaitable, ce qui est le cas notamment d’House of Cards.

On l’a vu dernièrement, Netflix ne renouvelle plus d’office ses séries pour une seconde saison comme c’était le cas juste avant ce printemps. Pourtant, en prenant en compte les critiques positives et une fin apparemment ouverte, Ozark aurait de bonnes chances de continuer sa route. On ne pourrait en dire autant par contre de son autre nouveauté; Friends From College

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s