Riviera (2017) : manque de croustillant

Riviera est une nouvelle série de dix épisodes diffusée depuis la mi-juin sur les ondes de Sky Atlantic en Angleterre (entre autres). Comme son titre l’indique, l’action se déroule en Côte d’Azur dans l’environnement des œuvres d’art avec pour personnage principal la curatrice Georgina Clios (Julia Stiles). Celle-ci voit sa vie basculer lorsque son milliardaire de mari Constantine (Anthony LaPaglia) est tué dans l’explosion de son yacht. Est-ce un accident ? Était-il visé directement ? Et qui lui en voudrait à ce point et pourquoi ? Ce sont à ces questions que sa jeune épouse tente de répondre et pas une journée ne se déroule sans qu’elle apprenne de nouveaux faits sur sa douce-moitié qu’elle connaissait manifestement très peu. D’une mise en scène autant luxueuse pour les yeux qu’efficace pour créer une ambiance mystérieuse, il ne manque plus à Riviera qu’un scénario accrocheur. En effet, les intrigues trainent en longueur tandis que les protagonistes sont beaucoup trop timorés. C’est d’autant plus dommage étant donné que le groupe de l’audiovisuel s’offrait une sortie pour ainsi dire mondiale.

Un peu trop de sur-place

Depuis sa tendre enfance, Georgina s’intéresse au milieu de l’art, ce qui explique sûrement la connexion qu’elle a dû éprouver lorsqu’elle a rencontré Constantine. Ensuite, en plus de l’avoir épousé, elle assiste à de multiples ventes aux enchères un peu partout sur la planète et garnit leur collection privée. À la suite de sa mort, elle apprend entre autres qu’il possédait plusieurs appartements dont elle n’a jamais connu l’existence. De plus, il revendait ses propres toiles pour les réacheter plus cher afin de leur donner de la valeur et il aurait même potentiellement eu une maîtresse. C’est qu’au début du premier épisode, une jeune femme blonde (Nadia, interprétée par Nora Arnezeder) se déshabille devant lui et plonge à l’eau quelques secondes avant l’explosion. On la retrouve plus tard à l’hôpital d’où elle s’enfuit dès qu’elle sort du coma. C’est en raison de tous ces mystères que Jukes (Phil Davis) un enquêteur relié à Interpol convainc la police locale de geler tous les fonds de la famille Clios qui est forcée de vivre ensemble. C’est que d’un premier mariage avec Irina (Lena Olin), Constantin a eu trois enfants : Adam (Iwan Rheon) qui aimerait bien devenir auteur, Christos (Dimitri Leonidas) qui est censé succéder à son père pour gérer l’empire familial et Adriana (Roxane Duran), aussi fragile qu’une rose.

Décapotables, casinos, bijoux, châteaux, le tout sous un soleil de plomb : on est immédiatement séduit en entamant Riviera et l’explosion qui surgit de nulle part dans les quinze premières minutes du pilote a de quoi nous intriguer pour la suite des choses. Pourtant, on ne peut pas dire que la nouveauté de Sky Atlantique soit très efficace quand vient le temps de surfer sur cette première impression on ne peut plus favorable. Par exemple, lorsque Georgina entre dans un des condos de Constantine qu’elle n’avait jamais vu, un inconnu s’y trouve. La blonde sort son arme et l’épisode se termine ainsi. Dans le suivant, on apprend qu’il s’agissait d’Adam qui y assurait une certaine présence durant l’absence de son patriarche… Et c’est tout. Même chose au # 3 alors que Robert Carver (Adrian Lester), un ami de Georgina essaie de trouver le code de sécurité d’un coffre-fort dans la cave des Clios (dont seul Christos a la combinaison). Pendant ce temps, la belle-mère fait diversion en invitant les enfants de Constantine au restaurant.  Bref, il se passait plus d’action dans une seule diffusion de Revenge (à laquelle on l’associe d’office) qui comptait au moins une vingtaine d’épisodes par saison que dans les trois premiers de celle-ci qui en a moitié moins.

Au niveau des personnages principaux aussi on est déçu. Pourtant, du côté féminin, ce n’est pas le potentiel qui manque. En effet, on a hâte que Georgina soit un peu plus proactive et moins dans l’auto apitoiement. Sinon, Irina nous fascine, mais pour le moment elle n’a pas assez de temps de glace et on aurait aimé plus de face à face avec sa rivale. Reste la mystérieuse Nadia qui n’a toujours pas dit un seul mot en trois épisodes. Et de la progéniture Clios, Adriana est probablement la plus caricaturale. La première fois qu’on la voit, elle se taillade le poignet avec une petite lame et plus tard, elle se met entièrement nue devant un conseil d’administration que Christos préside. Sinon, elle aime quand Georgina se couche à ses côtés jusqu’à ce qu’elle s’endorme, comme si elle avait six ans… Les deux frères quant à eux demeurent trop unidimensionnels (le bon et le méchant) pour être pris au sérieux.

Mais c’est surtout au niveau du casting que cette tribu pose problème. Le contraste est total entre la rouquine Adriana et sa peau laiteuse comparé à Christos et son look méditerranéen. Reste Adam qui a un accent très « british », un peu trop par rapport aux autres membres de sa famille…

Un monde plein de potentiel

Au-delà des candélabres et du champagne, c’est le milieu dans lequel Riviera évolue qui à la base nous fournit le meilleur filon scénaristique. Par exemple, Georgina après la mort de son mari ne cesse de fixer une toile de Claude Lorrain qu’elle lui avait offerte auparavant. À un de ces proches, elle y va de cette déclaration en l’analysant : « So I was looking at the Lorrain, you know, the big phallic god dude hiding secrets in plain view from his poor dumb wife, and I kept thinking, « How blind do you have to be to not see « what is right in front of you? » Puis, elle s’aperçoit qu’il s’agit d’un faux et elle mène sa propre enquête. Question de donner plus de profondeur à la série, on aurait aimé justement plus de références à l’art et que les différentes toiles s’intègrent davantage au récit. Celles-ci pourraient servir d’indice ou alors d’arrière-plan aux lieux où se déroulent l’action. Malgré sa médiocrité dans l’ensemble, l’intrigue de chaque épisode de The Art of More de Crackle lancée en novembre 2015 tournait toujours autour d’une œuvre en particulier. Plus réussie, c’était la quête d’un artefact tout en revisitant son histoire qui chaque semaine définissait les aventures dans Hooten & The Lady d’ITV. Les plus patients auront peut-être envie de donner la chance au coureur dans Riviera, mais avec un tel univers dans lequel évoluent les protagonistes, on est surpris que dès le départ, on n’en ait pas profité davantage.

Non seulement diffusée sur une période hebdomadaire, les dix épisodes de la série ont tous été rendus disponibles sur demande de la chaîne NOW TV. En accumulant les deux services, le pilote totalise 1,2 million de vues et en cinq jours et 218 000 abonnés auraient regardé la série en entier. Il s’agit là d’un record pour la chaîne à tous les points de vue. De plus, la nouveauté peut aussi être vue depuis la même date (via Sky encore une fois) en Allemagne, Autriche et en Italie et le lendemain en français sur SFR Play en France. Parlez-en en bien ou en mal, avec une telle disponibilité mondiale et des premiers chiffres si encourageants, une deuxième saison pourrait bien être annoncée d’ici peu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s