Famous in Love (2017): binge watching inutile

Famous in Love est une nouvelle série de dix épisodes dont la première a eu lieu le 18 avril sur les ondes de Freeform aux États-Unis et Bravo au Canada. Une heure plus tard, elle était disponible dans son entièreté sur le site web de la chaîne et de Hulu. On nous transporte à Los Angeles alors qu’entre deux préparations à des examens, la jeune étudiante Paige (Bella Thorne) se laisse convaincre par sa meilleure amie Cassandra (Georgie Flores) de participer avec elle aux auditions de Locked ; apparemment la plus importante série de livres portée au grand écran depuis les Harry Potter. Parmi les quelques centaines de candidates présentes, c’est la rouquine qui obtient le rôle principal aux côtés de Rainer (Carter Jenkins) qui lui est tombée dans l’œil. Mais voilà, lorsqu’on atteint le sommet, on se sent bien seul… Adaptation du livre Famous de Rebecca Serle, Famous in Love nous endort avec un pilote rempli de clichés et dénué d’originalité pour ensuite essayer de se relancer avec des intrigues encore plus insipides. Quant au côté méta du scénario, celui-ci fait plus de tort au récit qu’il ne l’aide.

Les tourments d’être jeunes et beaux

À l’en croire, si Paige habite Hollywood en compagnie de ses colocataires Cassandra et Jake (Charlie DePew), c’est pour l’excellente école d’économie dans les environs… Pourtant, comme à peu près toutes les jeunes filles de la ville, elle tente tout de même sa chance aux auditions. Au départ, l’équipe technique de Locked avec Nina (Perrey Reeves) à sa tête avait dans l’idée d’engager la très convoitée Dakota (Ana Mulvoy-Ten), mais Paige les éblouis tout simplement pas ses talents. Loin d’être jaloux, ses colocataires l’encouragent dans cette voie, bien que leurs rêves à eux ne soient pas prêts de se réaliser. Cassandra n’a aucune offre à part des prestations dans des théâtres locaux tandis que Jake qui veut devenir scénariste n’essuie que des refus. Du côté des stars, Rainer qui vient de terminer une cure de désintoxication est dans l’eau chaude après s’être battu avec celui qui était son meilleur ami Jordan (Keith Powers). Le problème est qu’ils doivent tourner Locked ensemble et la machine à rumeur s’emballe. Le trait d’union entre les deux est Alexis (Niki Koss), une jeune actrice dont la carrière va à vau-l’eau. C’est probablement elle qui réagit le plus négativement lorsqu’elle apprend l’arrivée de Paige dans leur petit cercle et elle fait tout pour l’y en sortir.

Après avoir visionné le premier épisode de The Arrangement lancé au début mars sur E!, difficile de trouver une quelconque pointe d’originalité dans le pilote de Famous in Love.  Mais plus qu’une question de mauvais timing, cette prémisse a si souvent  été exploitée qu’on aurait pu écrire nous-mêmes le scénario au coin d’une table. La jeune fille peu sûre d’elle qui telle une Cendrillon des temps modernes se démarque de toutes les autres, en plus d’attirer le regard de Rainer que tout le monde désire… Il manque définitivement une plus-value à la nouveauté de Freeform et ce n’est pas dans les deux prochains épisodes qu’on en aura pour notre argent.

Puis, c’est dans un intention d’un peu trop parler à son jeune public que Famous in Love nous présente un dilemme aussi farfelu qu’exaspérant. Au départ, Paige n’a pas averti ses parents concernant l’audition et une fois qu’elle a le rôle, elle hésite à leur en faire part. Si sa mère se montre ravie à son égard, il n’en est pas de même pour son père dont l’importance de l’éducation n’a pas de prix. Et voilà que notre jeune ingénue rate un essayage par exemple parce qu’elle doit étudier en prévision d’un examen. Plus tard, elle se met à dos ses amis puisqu’elle était trop affairée à visiter les studios au lieu d’avancer dans un travail scolaire… Ce dilemme entre récolter un A ou devenir une superstar dans ce contexte est tout simplement insignifiant et on doute que le public devant ce choix apparemment déchirant éprouve une réelle empathie à l’égard de Paige. En fait, le seul aspect sur lequel elle montre une assurance démesurée, c’est la manière d’épeler son nom. En effet, elle doit répéter au moins une dizaine de fois en trois épisodes cette même phrase : « Paige Townsen without the D »…

Sinon, c’est l’ensemble du casting qui peine à nous convaincre. Enchaînant leurs lignes machinalement et signe d’un scénario faiblard, on a toujours l’impression qu’ils cherchent à jouer aux adultes alors que c’est à peine s’ils ont l’âge légal de boire. Rainer par exemple a déjà été en cure de désintoxication tandis que Cassandra à un pied dans le commerce de la prostitution. En effet, elle a un riche client qui la paye 50 $ par rencontre afin qu’elle passe l’aspirateur devant lui seins nus… Quant à Alexis, elle se montre très « inquiète » par rapport à sa carrière qui plonge. Comme le lui mentionne une de ses amies : « You just need one hit, baby, and you’ll be back on top », ce qui est largement exagéré pour une jeune femme qui commence à peine dans le métier.

Le Gotha des relations sexuelles

Que faire lorsqu’il faut meubler bon an mal an dix épisodes d’un peu plus de quarante minutes ? De l’amour et du sexe, quoiqu’avec Famous in Love, on perd rapidement le compte. Commençons par Paige. Bien qu’elle soit vierge, elle a embrassé Jake et est clairement obnubilée par Rainer. C’est réciproque de la part de l’acteur qui en plus d’enfiler les aventures d’un soir a couché avec Tangey (Pepi Sonuga) qui avait aussi des relations sexuelles avec Jordan, ce qui explique leur querelle. Ce dernier n’est pas en reste puisqu’il est l’amant de Nina : hé oui, la mère de Rainer. Par ailleurs, celle-ci était en couple avec son patron Alan (Shawn Christian) avant de le rencontrer, d’où le froid avec ce dernier. Mais c’est avec Alexis que la tête nous tourne. Apparemment lesbienne, elle provoque l’ire de sa petite amie Georgina (Katelyn Tarver) parce qu’elle hésite à dévoiler leur relation au grand jour. En parallèle, on sait qu’elle est en froid avec Dakota avec qui elle a aussi couché, tout comme Jordan, probablement Rainer et maintenant, elle semble jeter son dévolu sur Jake. On a largement dépassé l’étape du triangle amoureux. Bref, chaque scène supplémentaire concourt à décrédibiliser son contenu.

Freeform commence lentement, mais sûrement à mettre en ligne tous les épisodes de ses séries le jour de son lancement. Officiellement, c’est pour s’accorder aux nouveaux usages de sa jeune clientèle. Mais c’est à se demander si elle n’a tout simplement pas peur de compter uniquement sur l’auditoire traditionnel qui lui ne lui ferait pas de cadeaux étant donné que les chiffres et l’attrait des 18-49 ans sont clairement rendus publics. En tous les cas, le premier épisode de Famous in Love a rassemblé en direct 653 000 téléspectateurs avec un taux de 0,30. Rappelons-nous qu’à l’automne, Beyond qui bénéficiait de la même stratégie multiécran avait attiré pour son pilote un auditoire de 1,18 million (taux de 0,31). Elle a été renouvelée pour une seconde saison, et ce, malgré une baisse de 75 % de son audimat entre le premier et le dernier épisode. C’est ainsi que sans vraie logique, sa nouveauté pourrait se voir aussi accorder un second opus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s