Good Behavior (2016): la surprise de TNT

Good Behavior est une nouvelle série de 10 épisodes diffusée depuis a mi-novembre sur les ondes de TNT aux États-Unis. Son personnage principal, Letty (Michelle Dockery), vient tout juste de sortir de prison et depuis peine à se remettre sur pieds. Sa vie personnelle n’est pas au beau fixe non plus puisqu’elle ne convainc pas sa mère (Lusia Strus) de lui laisser voir son fils Jacob (Nyles Steele). Ancienne toxicomane, ses différents larcins placent sur sa route Javier (Juan Diego Botto), un séduisant tueur à gages avec qui elle se voit forcée de collaborer. Adaptation d’un roman éponyme de Blake Crouch, Good Behavior, c’est en quelque sorte la série que l’on n’attendait pas et qui pas son originalité se révèle une agréable surprise de fin d’automne. C’est le personnage principal et ses différentes facettes qui d’abord et avant tout nous fascinent, tout comme la construction des épisodes : inégaux, mais attisant assez notre curiosité et intérêt pour nous convaincre de poursuivre l’aventure.

Une inconnue authentique

Manifestement, Letty a l’habitude de se costumer puisqu’en un rien de temps, elle se transforme en bourgeoise raffinée et réussit à s’introduire dans une chambre d’hôtel, prête à mettre la main sur de l’argent frais lorsque le propriétaire et un autre homme regagnent les lieux. Cachée dans le placard, elle apprend que l’inconnu prénommé Javier a été engagé pour tuer l’épouse de son client. Aussitôt sortie de ce guêpier, elle change encore d’identité et parvient à le séduire, ce qui lui permet de voler l’argent promis pour son travail et d’avertir la femme en question afin d’éviter le meurtre. Seulement, les choses ne se déroulent pas comme prévu, Javier la retrouve et dans le deuxième épisode la prend en otage en quelque sorte en l’obligeant à se faire passer pour sa conjointe. C’est qu’il a reçu le nom d’une nouvelle victime à abattre, mais là aussi des complications surviennent et dans l’épisode suivant, ils essaient de se débarrasser des corps.

Avec l’énorme quantité de séries qui entrent en ondes chaque semaine (et on ne parle même pas du web), il est difficile d’attirer les téléspectateurs, spécialement lorsqu’il s’agit de chaînes câblées. Ici, l’atout pour TNT est sa tête d’affiche : l’actrice Michelle Dockery qui a récemment dit adieu à son rôle Lady Mary, laissant des millions d’admirateurs américains dans le deuil de Downton Abbey. Parlant de contre-emploi, c’en est tout un! Rien que dans les premiers plans, on la voit en train de tourner des boulettes de burger dans un restaurant minable et dans le suivant, elle nettoie des toilettes crasseuses. Il ne nous faut néanmoins pas plus de cinq minutes pour oublier son ancien rôle pour qu’elle parvienne à nous hypnotiser dans son nouveau. En effet, jusqu’à la fin du premier épisode, on ne cesse de se demander qui est la vraie Letty. Est-elle réellement toxicomane ? Femme fatale ? Assez généreuse pour vouloir empêcher un assassinat au risque de sa propre vie ? C’est un peu tout ça à la fois, mais davantage une femme brisée, qui a subi pas moins de quatre avortements et fait deux tentatives de suicide, comme nous l’apprend Javier lorsqu’il retrouve sa trace après qu’elle l’ait arnaquée.

En même temps, c’est son authenticité à tous les niveaux qui nous fascine. On sent une réelle douleur de sa part du fait qu’elle soit séparée de son fils, qu’elle boive comme un trou et qu’elle consomme des drogues dures, et ce, bien qu’elle soit en probation. D’un autre côté, ses ressources sont infinies et devant chaque difficulté, elle trouve toujours le moyen de s’en sortir, la plupart du temps en mentant brillamment à ses interlocuteurs, ce qui ne cesse de désarçonner également le téléspectateur.

Trois épisodes, trois tons

Probablement le plus gros avantage qu’a Good Behavior c’est de  nous offrir à la fin de chaque épisode un très bon cliffhanger parce qu’honnêtement, on ne sait pas tout à fait où ça s’en va. Le pilote, un genre de thriller est définitivement une entrée en matière se terminant sur un partenariat forcé de la part de Letty. La mission de Javier dans l’épisode suivant aurait pu amorcer un procédural, c’est-à-dire que ces « Bonnie & Clyde » des temps modernes auraient chaque semaine une victime sur leur radar. Or, à la troisième diffusion, le duo s’enfuit avec les corps et l’on apprend que Javier a un contact possédant un crématorium, mais que la route est longue et un véritable road trip s’amorce. La voiture ne cesse de tomber en panne et l’intrigue est quasiment inexistante alors qu’ils s’arrêtent à une station d’essence, la pharmacie, à un comptoir de restauration rapide, etc. À maintes reprises Letty clame qu’elle veut s’en aller puisque sa mission est remplie ; les occasions ne manquent pas et pourtant elle reste. Du côté de Javier, l’emprise qu’il avait sur elle s’estompe et l’on sent une certaine vulnérabilité de sa part. On a donc droit à deux âmes esseulées dont les fréquentes pannes de voiture est à l’image de leur relation : à peine se sont-ils rapprochés qu’un événement les ramène à la case départ et ils ne peuvent s’empêcher de recommencer ce manège même si ce partenariat n’augure rien de bon. Métaphore des dépendances de Letty, métaphore du métier cruel de Javier… En tous les cas, chapeau à la production pour avoir placé une voiture électrique et son fonctionnement pour le moins compliqué au centre des intrigues : une rareté à l’écran. Quoiqu’à bien y penser, plus tôt dans la série, une Toyota 4Runner occupe une part non négligeable dans le scénario. Grand écart de la part de la production pour intégrer des commanditaires ?

En tous les cas, l’avenir de Letty et Javier est bien mal assuré. Le premier épisode de Good Behavior présenté un dimanche a attiré 573 000 téléspectateurs en direct avec un taux de 0,14 chez les 18-49 ans. Le mardi suivant, le même épisode était en reprise (810 000 cette fois) suivi du second (745 000, taux de 0,21). Une semaine plus tard, l’auditoire était de 644 000 (taux de 0,17) et TNT a repris le même mode de diffusion erratique avec le quatrième épisode. Mais on a beau additionner tous ces chiffres, la chaîne a annulé des séries millionnaires avec des taux bien plus élevés que ceux-ci par le passé. En somme, un maigre espoir à l’horizon pour les fans.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s