Timeless (2016) : pour combien de temps ?

Timeless est une nouvelle série de 13 épisodes diffusée depuis le début octobre sur les ondes de NBC aux États-Unis et Global au Canada. L’histoire démarre alors qu’un groupe de terroristes ayant pour chef Garcia Flynn (Goran Visnjic) s’empare d’une machine à voyager dans le temps fabriquée par la Mason Industries, une organisation secrète, dans le but de changer le cours de l’histoire des États-Unis. Aussitôt, l’historienne Lucy Preston (Abigail Spencer), le soldat Wyatt Logan (Matt Lanter) et le scientifique Rufus Carlin (Malcolm Garrett) partent à sa poursuite alors que les voyages à différentes périodes de l’histoire s’accumulent. Mélange de science-fiction et d’action, Timeless n’exploite pas à son plein potentiel une prémisse pourtant fort intéressante. En tous les cas, la série, première arrivée, fera très bientôt l’objet de comparaisons puisque le voyage dans le temps semble est le thème de l’année chez les networks.

Juste de passage

Si Wyatt et Rufus sont affiliés à la Mason Industries depuis ses débuts, il n’en est pas de même Lucy qui en plus d’enseigner l’histoire à l’université partage avec sa jeune sœur Amy (Bailey Noble) la garde de leur mère mourante (Susanna Thompson). La jeune femme est cependant rapidement mise au fait de la mission qui l’attend et presque tout de suite le groupe est appelé à voyager.  Dans le premier épisode, la bande de criminels tente d’empêcher l’explosion du dirigeable Zeppelin Hindemburg. Dans le second, ils se rendent à Washington en 1865 afin de s’assurer que tous les hauts placés autour du président Lincoln périront eux aussi dans l’attentat alors que dans le troisième, ils se rendent à Las Vegas en 1962 où des essais nucléaires sont en cours afin de s’approprier une grande quantité de plutonium. Si dans tous ces cas Lucy, Wyatt et Rufus parviennent à garder intact le cours de l’histoire (avec quelques difficultés en moins), ils ne réussissent pas à s’emparer de Garcia, si bien que la poursuite n’est pas prête de se terminer.

Probablement dans le but de garder immédiatement son auditoire captif, Timeless démarre sur les chapeaux de roues puisqu’à cinq minutes du départ, les trois compères sont installés dans leur machine et se rendent en Allemagne. De cette précipitation, on constate que c’est l’action rarement interrompue qui définit la série et non ses personnages, ce qui porte un coup dommageable à la série. En effet, après trois épisodes, si on parvient à cerner assez bien le personnage de Lucy, il n’en est pas de même pour Wyatt et Rufus. Le premier ne semble bon qu’à tirer des coups de feu alors que le second pour le moment est le noir de service parce que bien évidemment, à chaque voyage il a ce sentiment de ne pas être à sa place, que ce soit dans l’Allemagne nazie, au lendemain de la Guerre de Sécession ou à l’ère Kennedy.

Mais si la place des Noirs est légèrement abordée dans tous les épisodes, on ne met pas assez l’accent sur le côté historique de Timeless. Les trois aventuriers déambulent à travers ces périodes fascinantes de l’humanité sans pour autant s’en immerger ; comme s’ils n’étaient que de passage dans une ville quelconque. Trop obsédés à attraper coûte que coûte Garcia, c’est à peine s’ils conversent avec la population locale. Certes, on a bien droit à quelques romances, mais elles restent somme toute superficielles et éphémères. Conséquence : on n’arrive pas à capter l’ère du temps, les mentalités ni mettre en valeur les us et coutumes des différentes époques visitées. En fait, on exploite au minimum l’expérience académique de Lucy et l’on privilégie les multiples scènes de poursuite, de combats et coups de feu.

Une autre intrigue parallèle est bien plus intéressante : la conséquence pour le présent de changer le passé. C’est que si le trio dans le premier épisode s’est assuré que le dirigeable Zeppelin Hindemburg explose, il y a eu un certain délai et le nombre de morts est resté limité. Le contrecoup lorsque Lucy revient dans le présent est que sa mère n’est plus malade et sa sœur Amy n’est jamais née. « Pire » encore, elle est fiancée alors qu’elle n’a jamais rencontré l’homme en question dans sa vie d’avant le voyage dans le temps. Qu’à cela ne tienne, cet axe narratif n’occupe que les cinq premières et dernières minutes de la série et on se demande encore comment Lucy parvient à justifier à son entourage ses longues absences dues aux voyages dans le temps. Bref, on exploite deux intrigues très intéressantes, mais on peine à les approfondir adéquatement.

D’autres tentatives sur le même sujet à surveiller

C’est peut-être dû au succès qu’a rencontré 11.22.63 de Hulu à l’hiver dernier, mais toujours est-il que les diffuseurs semblent s’être donné le mot pour exploiter les voyages dans le temps. Il y a d’abord eu Legends of Tomorrow de The CW à l’hiver 2016 qui s’y est mise avec des héros de Marvel explorant différentes époques afin d’éliminer leurs ennemis. À l’automne, c’est Timeless qui a ouvert le bal automnal, mais quelques jours plus tard, The CW s’y remettait avec Frequency dans laquelle une jeune femme parvient à entrer en contact avec son père décédé via un poste de radio et ainsi résoudre une enquête qui pourrait modifier le présent. En même temps s’est amenée Westworld d’HBO où de riches clients se paient un voyage dans un Far West entièrement reconstruit avec des robots à l’apparence humaine. Puis, à l’hiver 2017 ABC prévoit lancer Time After Time dans laquelle Jack l’Éventreur tombe sur une machine à voyager dans le temps pour atterrir à Manhattan à notre ère. Durant la même période, il y a Fox qui avec Making History va mettre en scène un professeur de sciences informatiques qui ayant inventé le même type de machine va se rendre au XVIIIe siècle pour retrouver une femme dont il est tombé amoureux, sans se rendre compte que le cours de la Révolution américaine pourrait en être affectée. Si ces scénarios sont tous teintés d’une originalité certaine, on imagine mal le téléspectateur moyen s’intéresser à elles toutes. Laquelle se démarquera assez ?

En tous les cas, on ne peut spéculer sur l’avenir quant aux cotes d’écoute de ces séries en chantier, mais celles de la nouveauté de NBC sont en demi-teintes. Le premier épisode a attiré 7,6 millions de téléspectateurs et après cinq semaines, il semble s’être stabilisé à 6,01. Ces chiffres n’ont rien de bien formidable, d’autant plus que les épisodes sont diffusés tout juste après The Voice. Pourtant la chaîne peut se remonter le moral avec le taux chez les 18-49 ans qui au pilote était de 1,83 et qui sur la même durée s’est stabilisé aux alentours de 1,43. Et preuve que NBC est loin de baisser les bras, le 1er novembre elle a accordé trois épisodes supplémentaires à la série, pour un total de 16 cette saison.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s