Wasted / Wrecked (2016) : on régurgite beaucoup…

Wasted est une nouvelle série de 6 épisodes diffusée sur les ondes d’E4 en Angleterre depuis la fin juillet. On y suit 4 jeunes amis : Kent (Dylan Edwards), Alison (Gwyneth Keyworth), Morpheus (Danny Kirrane) et sa sœur Sarah (Rose Reynolds)  dans leurs péripéties qui surviennent la plupart du temps lorsqu’ils sont intoxiqués, mais toujours solidaires les uns des autres. De l’autre côté de l’Atlantique, nous avons Wrecked, une série de 10 épisodes présentée aux États-Unis depuis la mi-juin sur TBS et un mois plus tard sur Comedy Network au Canada. La prémisse devrait être familière aux sériéphiles : un groupe de voyageurs se retrouve sur une île déserte coupée de toute communication après que leur avion se soit écrasé. Leur problème n’est pas tant d’être éloigné de la civilisation, mais bien de devoir s’endurer les uns les autres… On se souviendra sûrement de ces deux comédies estivales pour le potentiel qu’elles avaient et qui ont été quelque peu gâchées par un humour beaucoup trop facile et vulgaire. En effet, qui à part ces productions eût cru que la vomissure eût été l’élément jugé égayant « par excellence » pour dérider le téléspectateur?

Wasted: faudrait changer de disque

La série débute avec le retour de Kent, un DJ raté qui sans le sou n’a d’autre choix que d’aller s’installer chez Sarah et Morpheus, propriétaires d’un petit magasin de pipes à cannabis. Ce dernier est secrètement amoureux d’Alison, leur colocataire qui est une tatoueuse professionnelle. Dans le premier épisode, le groupe tombe sur de l’ecstasy datant des années 90 que Morpheus s’empresse d’empiffrer avant d’animer un quiz dans un pub avec les résultats que l’on imagine. Dans le second, on les retrouve tous perdus en forêt avec Alison qui se saoule afin d’être prête à passer son examen pour un permis de conduire et dans le suivant, ils essaient un nouveau pub pour se rendre compte que le propriétaire est un ancien copain de classe qui a beaucoup mieux réussi qu’eux.

 

On le sait, E4 tout comme sa grande sœur Channel 4 visent un public plus jeune et adoptent un ton volontiers irrévérencieux, poussant sans arrêt les limites. Si l’audace de ces deux chaînes n’est plus à prouver, que l’on pense par exemple à Cucumber / Banana / Tofu, Dates, Scrotall Recall et Catastrophe, reste que depuis ces derniers temps, on est un peu agacé par le manque de diversité que nous offre E4. Non pas diversité concernant l’origine ethnique des protagonistes (quoique dans ce cas, ils sont tous blancs), mais bien de la diversité dans ses thèmes. En effet, il semble que l’abus d’alcool et de substances illicites soient les seules valeurs communes capables de rassembler un jeune auditoire. Pour preuve, à la fin 2015,  E4 nous présentait Tripped dans laquelle les hallucinations de deux jeunes hommes dues à la drogue les faisaient voyager dans des univers parallèles. Quelques mois plus tard, la chaîne nous présentait The Aliens dans laquelle les poils pubiens des extra-terrestres nouvellement installés sur terre étaient l’objet de convoitise chez les humains pour leurs effets hallucinogènes une fois fumés. Wasted en rajoute cette fois, mais sans nous offrir d’autres histoires parallèles, s’entêtant à rester le plus vulgaire possible : vomissements à répétition, scènes pathétiques où les protagonistes font une mauvaise expérience après avoir trop consommé sans que leurs amis ne leur viennent en aide ou encore toute cette « intrigue » au sujet d’un étron de Kent par terre, que Morpheus mettra dans un sac pour le jeter à la poubelle et qui finira dans les pales d’un ventilateur en marche… Les jeunes pourraient-ils être rejoints à la télé par d’autre chose que des blagues scatologiques sans que l’alcool ou les drogues ne fassent une partie intégrante du scénario? En tout cas, on l’espère.

Pour le moment, la seule carte qu’à la série en main sont les apparitions sporadiques de Sean Bean habillé comme Ned Stark qu’il interprétait dans Game of Thrones, donnant des conseils assez cocasses à Morpheus, un fan de la série d’HBO. Par contre, l’autodérision et le sarcasme dont il fait preuve sont loin de sauver la série.

Wrecked : une occasion ratée

Sans qu’on n’en comprenne trop la cause, un avion s’écrase sur une île et les nombreux survivants se demandent bien comment survivre dans cet oasis qui certes est riche en bananes, mais pauvre en Wi-Fi. Parmi ceux-ci, mentionnons Owen (Zach Cregger), le pleurtre agent de bord, Danny (Brian Sacca) qui se fait passer pour un policier, Emma (Ginger Gonzaga) et Florence (Jessica Lowe), deux amies médecins et Pack (Asif Ali), un agent d’artistes. Dans le premier épisode, ce sont eux qui par leur caractère exubérant se posent en leaders, mais dès qu’ils découvrent un minibar et des victuailles de l’avion en pièce, ne brillent guère par leur exemple en organisant une épique fête sur la plage se terminant avec un lendemain de veille douloureux, impliquant ici aussi beaucoup de régurgitations. Dans le second, ils font tout pour trouver une connexion à internet (sans succès) alors que dans le troisième, les hommes jonglent avec le contenu d’une mystérieuse valise alors que Florence et Emma doivent décider quel film regarder avant que leur lecteur DVD ait perdu toute sa mémoire.

C’est justement là le problème avec Wrecked : elle dispose d’une prometteuse prémisse sans pour autant l’exploiter correctement. Il est évident que la production est inspirée de la cultissime Lost avec quelques imposteurs, le leader que tout le monde écoute et le couple qui s’engueule peu de temps après que l’avion se soit écrasé. Pourtant, les comparaisons s’arrêtent là et à défaut de se moquer de l’ancienne série d’ABC, on se contente d’un seul gag par épisode qu’on étire inutilement comme au troisième où les deux filles ne s’entendent pas entre regarder Dumb & Dumber 2 et Selma… que personne ne veut voir parce que trop exigeant intellectuellement.

Ajoutons à cela le même humour puéril impliquant des jouets sexuels avec des hommes idiots et des femmes sexy, des personnages qui ne font que crier en permanence, on a tôt fait de se lasser. Quitte à ne pas entrer dans la pointure de Lost, même en tant que parodie, on aurait pu au moins s’inspirer de Gilligan’s Island et adapter ses gags au nouveau millénaire…

Peu importe, après un départ suivi par 1,65 million de téléspectateurs et un taux de 0,61 chez les 18-49 ans, TBS n’a attendu que deux semaines supplémentaires avant d’annoncer que la comédie aurait droit à une seconde saison, elle qui en fin de parcours compte en moyenne un auditoire de 1,29 million (taux de 0,46). De son côté, les performances de Wasted ne figurent pas dans le top 30 des chaînes britanniques et l’on doute, comme la plupart des comédies anglaises qu’elle soit un jour renouvelée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s