Upstart Crow / Mum (2016): diversité chez BBC Two

Upstart Crow est une nouvelle sitcom de six épisodes diffusée depuis le début mai sur les ondes de BBC Two en Angleterre. L’action se déroule en 1592 alors que Will Shakespeare (David Mitchell) tente de faire sa marque en tant qu’écrivain, n’étant pas encore connu du grand public. De son côté, Mum est une série de 5 épisodes diffusée sur la même chaîne et met en vedette Cathy (Lesley Manville) qui vient tout juste de perdre son mari. Son entourage a beau l’assister dans cette épreuve pénible, c’est finalement elle qui finit par réconforter tout le monde… et ce n’est qu’un début.  De la représentation du train-train quotidien aux farces en tous genres dans un passé lointain, on reconnaît bien là la diversité et l’originalité à laquelle nous a habitué la deuxième chaîne de la télévision d’état. Sans qualifier ces séries d’incontournables, on passe tout de même un bon moment durant l’entre-deux saisons.

Upstart Crow : de la tragédie au Vaudeville

2016 marque le 400e anniversaire de la mort du plus grand dramaturge que l’Angleterre ait connu et c’est dans ce contexte que BBC Two rend hommage ici à l’homme derrière les pièces. Ainsi, dans le premier épisode, Will est en pleine écriture de Roméo et Juliette, mais ne s’est toujours pas fixé quant à la fin, hésitant entre le l’amour ou le tragique. Dans le second, son meilleur ami Kit Marlowe (Tim Downie) est jaloux de son succès et lui chipe son dernier ouvrage quelques jours avant la représentation sur scène devant la reine Elizabeth I alors que dans le troisième, l’écrivain est désemparé et remet son talent en question à la suite d’une mauvaise critique de Sir Robert Green (Mark Heap).

Alors que dans les sitcoms américaines, on ne cesse de se rabattre sur le même bon vieux thème de la famille avec d’infimes variantes, définitivement la plus-value de Upstart Crow est sans conteste son l’époque où elle se déroule. En effet, c’est à se demander pourquoi les autres productions n’emboitent pas le pas puisqu’elles se privent de tout un éventail humoristique en lien avec les us et coutumes de l’époque. Dans la série, on fait des gorges chaudes par exemple du fait que les femmes n’ont pas le droit de jouer sur scène, ce qui enrage Kate (Gemma Whelan), la fille d’un aubergiste qui serait hautement plus qualifiée pour tenir le rôle de Juliette que Condell (Dominic Coleman), une drag-queen avant l’heure! Ce point de vue contemporain sur une époque lointaine avait été exploité avec brio dans Galavant et chaque épisode d’Upstart Crow nous offre un angle novateur sur l’écrivain et son œuvre. Par exemple, dans le premier épisode, on a en quelque sorte droit aux coulisses qui auraient précédé le texte final de Roméo et Juliette (à l’origine, intitulé Roméo et Julien; les blagues sur l’ambiguïté sexuelle de Shakespeare sont légion) en plus d’une mise en abîme alors que l’auteur demande à Kate d’essayer un poison capable de la faire passer pour morte, question de tester la véridicité. Pour comble de malheur, celui qui est amoureux d’elle ne sait pas qu’il ne s’agit que d’une expérience et désespéré, il se suicide! On y va avec la même originalité dans les épisodes suivant alors qu’on se penche sur le pouvoir de la critique et des apparences, tout en abordant les problèmes qu’occasionnerait un changement de règne. Dans l’ensemble, cette approche humoristique est un excellent complément à la seconde saison de la théâtrale série Hollow Crown, elle aussi diffusée sur BBC Two à pareille date et célébrant le génie de l’écrivain.

Mum : du familier

Chaque épisode de la série est centré sur un mois en particulier et pour le premier, on est en janvier alors que Cathy se prépare pour aller au salon funéraire. Comme elle était préparée depuis longtemps à la mort de son mari, elle n’est pas en train de vider toutes les larmes de son corps et c’est plutôt les condoléances de ses proches qui lui demandent toute son énergie. Dans l’épisode suivant on est en février, le jour de la Saint-Valentin et il semble que tous aient des plans en amoureux, sauf elle évidemment. Ensuite, on saute quelques mois pour arriver en mai alors qu’elle, son fils Jason (Sam Swainsbury) et sa petite amie Kelly (Lisa McGrillis) font le ménage du garage.

Mum est construit de la même façon que Nurse qui avait été diffusée aussi sur la même chaîne et dans laquelle le personnage principal était davantage spectateur des gens aux alentours. Ici, Cathy est sollicitée de toutes parts, notamment par Kelly (Lisa McGrillis), quelque peu écervelée qui parle toujours avant d’avoir réfléchit. Puis, il y a son frère Derek (Ross Boatman) totalement soumis à sa nouvelle flamme Pauline (Dorothy Atkinson), laquelle est désagréable au possible. Par chance, elle peut compter sur le soutient de Michael (Peter Mullan), le meilleur ami de son défunt mari qui a clairement le béguin pour elle. Reste que malgré tout, le roc de la famille c’est bien elle, ne serait-ce que pour sa capacité à absorber les différents séismes autour d’elle. La série est caractérisée par son écriture assez réaliste, si bien qu’on s’identifie rapidement au personnage principal. En ce sens, on évite les exagérations, les clichés, mais au coût d’une comédie assez banale. Par moments, on lève les yeux en l’air tout comme Cathy, on compatit, on sourit quelquefois en même temps qu’elle, mais de là à rire, pas vraiment. On a donc droit à ces tranches de vie que les Anglais maîtrisent à merveille (Boy Meets Girl, The Kennedys, etc.), qui défilent devant nos yeux sans qu’on n’ait pensé une seule fois à regarder notre montre, mais de là à affirmer que la série est marquante, il y a un pas.

En tous les cas, les téléspectateurs ont manifesté une curiosité très satisfaisante à l’égard de ces deux nouveautés. Le premier épisode d’Upstart Crow en a attiré 1,95 million en direct, se classant ainsi au 6e rang des émissions les plus regardées de la chaîne pour la semaine du 9 mai tandis que le deuxième épisode en a attiré 1,35 M. De son côté, Mum s’est classée au 8e rang avec une audience de 1,7 million et la semaine suivante, elle a même dépassé Upstart Crow en rassemblant un auditoire de 1,44 M, c’est ce qui est encore plus louable étant donné que la série est diffusée les vendredis.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s