Jordskott, la forêt des disparus (2015) : on est perdu nous aussi

Jordskott est une série de 10 épisodes qui a été diffusée au début 2015 sur les ondes de SVT en Suède et que l’on peut désormais voire en version française depuis la mi-mai sur Arte. Le personnage principal est Eva Thörnblad (Moa Gammel), une policière en arrêt de travail qui retourne dans son village natal de Silverhöjd afin de régler la succession de son père mort tragiquement dans un incendie. Une fois sur place, elle apprend qu’un enfant a été récemment kidnappé et pour le moment, la police nage en plein brouillard. Elle accepte donc de leur prêter main-forte, d’autant plus qu’il y a sept ans, c’est sa propre fille Joséphine qui est disparue dans des conditions similaires. Le principal problème avec Jordskott est qu’elle peine à combiner ses deux thèmes efficacement, soit; l’enquête policière et les phénomènes surnaturels qui se produisent en forêt. Dans le premier cas ça piétine, alors qu’on ne met pas assez d’emphase pour le second.

La veuve et l’orphelin peuvent attendre longtemps

Eva ne s’est jamais vraiment remise de la disparition de sa fille, d’autant plus que l’on n’a jamais retrouvé son corps. On a cru au départ à un enlèvement, mais quelque temps plus tard, on a trouvé ses vêtements dans le lac et on a conclu peut-être un peu trop vite qu’elle s’était noyée. Toujours est-il qu’Oscar, le jeune garçon qui manque désormais à l’appel est disparu dans des circonstances similaires. Un soir où Eva erre dans les bois, à sa recherche peut-être, elle tombe sur une jeune fille abandonnée (Stina Sundlöf) à l’apparence cadavérique et Eva se montre catégorique : il s’agit de Joséphine, et ce, bien que les tests d’ADN viennent prouver le contraire. À la demande de Göran Wass (Göran Ragnerstam), le chef de l’unité de police, elle accepte de se joindre à l’équipe, mais l’enquête se complique singulièrement après que l’on ait retrouvé un homme à la gorge tranchée et plus tard un cadavre sans tête ni jambe dans le lac. Et c’est sans compter les phénomènes surnaturels…

S’il y a une chose qu’il faut donner à Jordskott, c’est bel et bien son pilote qui a tôt fait de nous accrocher. Après une expérience traumatisante (on y reviendra plus tard), Eva en retournant dans son village natal effectue pour ainsi dire un retour aux sources non seulement en raison de la fillette qui ressurgit de nulle part, mais aussi lorsque vient le temps de s’occuper de la succession de son père. En ressassant ses souvenirs dans la maison familiale, elle découvre qu’il aurait très certainement quelque chose à voir avec la disparition de sa fille et sa mort suspecte (brûlé dans une grange qu’il aurait lui-même voulu incendier) ne fait qu’apporter de l’eau au moulin. Ajoutons à cela des prises de vues splendides du petit village constamment encerclé par la brume, on est en plein mystère, de A à Z.

Pourtant dans les épisodes suivants l’enquête est loin d’être à la hauteur. Avançant à pas de tortue, on ne met pas assez d’effort du côté des indices ou des témoins de façon à impliquer un tant soit peu le public. En ajoutant le retour hypothétique de Joséphine, le dossier « Oscar » est en grande partie éludé et on ne sent aucune espèce de cohésion au sein des forces policières, chacun travaillant de son côté. Reste Eva qui est probablement la policière la plus blasée de Suède. Pourtant, au tout début de la série, probablement quelque temps avant qu’elle ne retourne dans son village natal, on la voit gonflée à bloc essayant d’empêcher un père désespéré de tirer sur sa femme pendant que leur fillette assiste à cette déplorable scène. Voulant éviter un drame, c’est elle qui est atteinte d’une balle tirée. De retour dans le présent, elle est tout le contraire et on la sent éteinte lorsqu’elle enquête sur le terrain et avec ce ton monocorde, elle semble terriblement s’ennuyer sauf lorsqu’il est question de Joséphine et nous transmet malheureusement ce même sentiment.

La revanche de la nature?

Apparemment, il s’est passé des phénomènes étranges chaque fois qu’on a voulu s’en prendre à cette forêt de Silverhöjd au point où Eva consulte même un expert ès sciences occultes pour peut-être trouver une piste de solution à tous ces mystères. Le problème ici est qu’à l’inverse de séries comme The Enfield Haunting ou Midwinter of the Spirits où le surnaturel est carrément au cœur de l’intrigue principale, on ne sait trop quelle est son importance dans Jordskott et ce flou vient gâcher notre expérience télévisuelle. L’homme aux grimoires que consulte Eva ne fait que débiter des généralités qui ne viennent en définitive pas combler grand-chose dans l’enquête. Certes, tous ceux qui ont voulu s’en prendre à la forêt au cours des siècles ont péri dans des circonstances non résolues et depuis l’arrivée d’Eva  d’étranges phénomènes se sont produits comme ce garçon agressé par des ultrasons venus de nulle part et qui plus tard a évité de justesse la noyade après « qu’une main visqueuse avec des griffes et de la peau entre les doigts » ait tenté de l’attirer vers le fond. À ce sujet en parlant de Jordskott, on a souvent fait un parallèle entre les éléments surnaturels de la série et la mythologie scandinave et comme le suggère le dossier de presse d’Arte, certains mystères dans la série pourraient être reliés à cette partie du folklore de Suède. Si l’idée de départ est bonne, reste qu’on n’a pas mis assez l’emphase sur cette composante et surtout, le téléspectateur étranger à cette culture se sent d’office privé d’un filon potentiellement intéressant puisqu’il est privé d’informations  les plus rudimentaires sur cet aspect.

Soit les gens ont malgré tout apprécié ce mélange des genres, soit ils ont tout simplement manifesté une curiosité manifeste à l’égard de Jordskott, toujours est-il que les deux premiers épisodes (sur trois) diffusés le 12 mai ont attiré en moyenne 1,2 million de téléspectateurs avec une part de marché de 5,4 %, plaçant ainsi la série au cinquième rang des programmes les plus regardés de la soirée en France. Ces chiffres sont à l’image du succès que la fiction a connu dans son pays d’origine avec un auditoire de 1,5 million pour cette fois-ci 15 % des parts de marché. Il s’agit d’un réel succès pour ce pays scandinave, mais bien qu’une deuxième saison ait été évoquée plusieurs fois, même de la bouche du réalisateur, on attend toujours une annonce officielle en ce sens.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s