The Secret (2016) : vendredis intenses à ITV

The Secret est une nouvelle minisérie de quatre épisodes diffusée depuis la fin avril sur les ondes d’ITV en Angleterre. L’action se déroule en Irlande du Nord dans la petite ville de Coleraine au sein de deux familles : les Howell et les Buchanan qui se côtoient toutes les semaines à l’église baptiste. Ils ont beau être de fervents pratiquants, c’est à se demander si leur foi entre en ligne de compte lorsque Colin (James Nesbitt) de la première famille a une aventure extra-conjugale avec Hazel (Genevieve O’Reilly). Leur secret est rapidement connu de tous et en peu de temps c’est le pasteur Hansford (Jason Watkins) qui se charge de faire la morale à ces deux pécheurs. Pourtant, rien n’y fait : les amants sont incapables de se séparer et n’ont trouvé qu’une seule issue à leur dilemme : tuer chacun leurs conjoints… Basé sur le livre Let This Be Our Secret de Deric Henderson, The Secret est d’abord et avant tout inspiré d’un fait vécu qui s’est échelonné sur plus d’une décennie; de 1990 au tournant des années 2000. Drame poignant autant pour son crime que pour sa représentation de la religion, ce mouvement de « résurrection » de ces faits divers ne fait que commencer et jusqu’ici, c’est diablement efficace.

« We did domething sinful… »

Ni Colin Howell, ni Hazel Buchanan n’étaient parfaitement heureux en ménage et leur rencontre a pour ainsi dire servi de catalyseur aux événements à venir. C’est que dès que leurs conjoints respectifs sont informés de cette liaison extra-conjugale, le pire d’eux ressort. D’un côté, nous avons Lesley (Laura Pyper), l’épouse de Colin qui devient irritable au possible, se met à boire et à prendre des calmants et de l’autre, Trevor Buchanan (Glen Wallace) qui désespéré est prêt à tout accepter du moment qu’Hazel ne l’abandonne pas. C’est Colin qui suggère le premier de se débarrasser de ces encombrants époux et qui obtient plus tard l’aval de sa maîtresse et le plan est plus que laborieux : Trevor et Lesley sont asphyxiés au monoxyde de carbone chacun dans leur domicile, puis mis ensemble dans la voiture des Howell et conduits dans une grange abandonnée et « ré-asphyxiés » pour faire croire à un suicide. Pour l’instant, la police n’y voit que du feu, mais le remord s’empare rapidement d’Hazel et après quelques mois infructueux à essayer de vivre ensemble, ils se séparent, refont chacun leur vie avec un nouveau conjoint et la vie va bon train… pour le moment.

Des aventures extraconjugales se comptent par milliers dans les séries télévisées de nos jours, mais rarement la religion n’entre en ligne de compte dans le déroulement des événements. Avec The Secret, c’est ce qui vient immédiatement capter notre attention: c’est le pasteur qui est informé en premier de l’aventure et après avoir confronté Colin (qui ment) et Hazel (qui avoue tout), il s’empresse de mettre au courant les conjoints respectifs. Cette intrusion pour le moins choquante dans la vie privée de ses paroissiens n’est rien comparée à ce qui suivra. C’est justement là où la nouveauté d’ITV tire son épingle du jeu. En effet, parce qu’inspirée d’un horrible fait vécu, la production pourrait s’avérer racoleuse, mais c’est le fait que le couple adultérin justifie ses gestes parce qu’il a l’aval de dieu qui vient nous donner des frissons dans le dos tout en nous tenant captifs devant notre écran. Par exemple, pour justifier son aventure extraconjugale, Colin affirme : « This is God’s gift. It would be wrong to refuse it ». Dans la même logique, après les meurtres, Hazel n’éprouve plus l’envie de faire l’amour avec son amant et pourtant accepte de s’y soumettre, mais seulement après qu’il l’ait drogué (avec son consentement), de façon à ce qu’elle ne puisse rien ressentir durant l’acte. Puis, ils ont beau avoir mis un terme à leur relation, Colin est plus croyant que jamais et le plus poignant dans toute cette histoire est qu’on ne peut même pas parler d’hypocrisie. Il rencontre une nouvelle femme, se marie et quelques jours seulement après que la naissance de leur enfant, lui avoue son meurtre, se justifiant par la volonté de Dieu… et c’est dans ce contexte qu’il est plus apprécié que jamais au sein de l’église baptiste.

Nostalgie morbide?

Après plusieurs séries ayant pour thème le meurtre/disparition d’un enfant et la vague qui n’en finit plus autour des adaptations des DC Comics/ Marvel, le prochain courant pourrait bien être la recréation de faits divers impliquant des crimes qui ont fait le bonheur des journaux à scandales. N’importe quel sériéphile aurait tendance à lever le nez sur ces séries purement « sensationnalistes », mais jusqu’à présent, toutes les productions qui se sont penchées sur des cas vécus nous ont prouvé le contraire. C’est l’Angleterre qui a emboité le pas avec The Widower au printemps 2014 sur ITV relatant l’histoire de Malcolm Webster, cet homme qui a été emprisonné pour avoir tué sa première femme et avoir tenté de faire de même avec la seconde. Au-delà du tragique de la situation, il faut mentionner que la série était diffusée un mois seulement après que le véritable Malcolm ait fait usage de son droit d’appel pour que l’on révise sa sentence. Si autant que possible, il faut éviter le tribunal populaire et les émotions qui le canalisent, reste que la série trouvait son point d’ancrage dans l’actualité.

Un an plus tard, la même chaîne nous présentait Code of a Killer qui nous ramenait dans les années 80 alors que pour la première fois on s’était servi de l’ADN pour inculper un homme accusé de viol et de meurtre. Ainsi, en plus d’avoir droit à une enquête solide, on revisitait aussi un pan de l’histoire où le judiciaire et le scientifique avaient joint leurs forces dans une cause commune et qui changea à jamais la méthode de procéder dans des affaires criminelles.

Enfin, on ne peut passer sous silence American Crime : The People vs. O.J. Simpson sur FX; probablement LA série de l’hiver autant chouchoute du public que de la critique. Au-delà d’un procès qui avait fait couler beaucoup d’encre dans le monde entier, c’est toute la question raciale qui ressortait en filigrane : un sujet d’actualité brûlant en ce moment aux États-Unis. Et l’aventure ne fait peut-être que commencer puisque NBC a annoncé qu’elle diffuserait prochainement Law & Order : True Crime qui chaque saison reviendrait sur un procès marquant de l’histoire judiciaire; la première saison se penchera sur les frères Menendez.

Le premier épisode de The Secret a attiré 4,67 millions de téléspectateurs, se classant ainsi au 16e rang de la chaîne et la semaine suivante, l’audience a à peine bougé, se classant demeurant toujours au même rang et rassemblant 4,14 millions. Ces chiffres sont encore plus remarquables considérant que la fiction était diffusée un vendredi soir. Avec du contenu de qualité dans des plages horaires normalement moins achalandées, la télévision anglaise n’a pas fini de faire des envieux à l’international.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s