You, me and the Apocalypse (2015): divertissement à poursuivre

You, me and the Apocalyspe est une nouvelle série de dix épisodes diffusée depuis la fin septembre sur les ondes de Sky1 en Angleterre. Celle-ci démarre alors qu’une comète géante se dirige tout droit vers la Terre et que dans quelques secondes, c’en sera fini de l’humanité à l’exception d’un petit groupe pour le moins éclectique réfugié dans un bunker. Afin de comprendre comment on a pu en arriver là, on nous transporte 34 jours plus tôt au moment où l’on a découvert l’existence de cette menace, et ce, tout en suivant l’évolution des protagonistes, certains venant de New Mexico aux États-Unis, d’autres de Slough en Angleterre et aussi de Rome en Italie. Cette coproduction américano-britannique réunit le meilleur des deux cultures, soit, l’humour caustique anglais et des rebondissements à l’américaine nécessaires pour nous garder dans le coup. Et pour une fois que le thème de la fin du monde est exploité avec l’autodérision tout en restant crédible, aussi bien en profiter!

Destins croisés

Le premier épisode sert d’introduction aux protagonistes qui finiront par se retrouver au même endroit lorsque la fin du monde sera aux portes de la Terre. Ainsi, on fait d’abord la connaissance de Jamie (Mathew Baynton), le directeur d’une banque dont la femme adorée est semble-t-il morte il y a sept ans. Un jour, il est arrêté par les autorités anglaises, suspecté d’être à la tête de la « Deux Es Machina », un groupe de cyberterroristes. Cependant, le coupable s’avère être son frère jumeau Ariel dont le premier intéressé ignorait même l’existence. Libéré après l’annonce de la comète, avec son meilleur ami Dave (Joel Fry), il décide d’aller retrouver sa mère biologique.

Au Nouveau-Mexique, Rhonda (Jenna Fischer) vient juste d’être incarcérée dans une prison à sécurité maximale après qu’elle ait plaidé coupable d’avoir infiltré le système informatique du FBI. Au courant de ses « exploits », Ariel parvient à la libérer, mais lorsqu’elle lui avoue qu’en fait elle avait pris le blâme pour son fils, elle est laissée à elle-même en plein désert avec sa compagne de cellule Leanne (Megan Mullally).

Enfin à Rome, Celine (Gaia Scodellaro) est une religieuse qui grâce à sa connaissance des langues est priée de se joindre aux voyages du père Jude (Rob Lowe) qui a pour tâche d’enquêter sur des hommes et des femmes qu’on souhaite prochainement canoniser.

La fin de l’humanité doit être l’un des thèmes les plus exploités depuis quelques saisons aux États-Unis, qu’il s’agisse de la prévenir (Heroes Reborn, Fear The Walking Dead, The Messengers, Dig, etc.) ou après qu’il se soit produit (Killjoys, Dominion, Dark Matter…). Dans les deux cas, ces séries sont toujours développées d’un point de vue dramatique, se classent dans la catégorie de la science-fiction et impliquent presque tout le temps des luttes à finir entre le bien et le mal. C’est justement là où You, me and The Apocalypse sort du lot puisqu’elle n’emprunte aucun de ces volets. En fait, le thème de l’apocalypse n’est que le point Z; un moment dans l’existence de ces protagonistes aux destins disparates qui seront tous rassemblés sous un même toit. Et l’intérêt est de savoir comment ça arrivera et la meilleure décision de la production ici est d’avoir élaboré l’histoire avec une pointe d’humour avec des acteurs qui semblent nés pour le type de rôle qu’on leur a confié. Rob Lowe est excellent en prête qui jure sans arrêt et fume comme une cheminée alors que Mathew Baynton que l’on a pu découvrir dans l’excellente The Wrong Mans incarne encore une fois le pauvre type propulsé malgré lui à un destin exceptionnel. Enfin, la palme d’interprétation revient définitivement à Megan Mullally, l’interprète de Karen dans Will &Grace, totalement méconnaissable dans un rôle de néo-nazie avec un accent du sud et à qui on finit finalement par s’attacher.

Mais le point fort de la série est justement l’équilibre qu’elle parvient à conserver entre l’absurde et le réalisme. En effet, les protagonistes sont entraînés dans de folles aventures, mais on y croit, tout comme on croit à l’apocalypse qui menace la Terre, au plan de sauvetage savamment élaboré par l’armée américaine (secourir quinze femmes seulement et des embryons), et à la réaction populaire qui d’une part profite du chaos pour enfreindre toutes les lois imaginables, tout en se préparant à la fin du monde.

Apocalypse inévitable?

Si You, me and the Apocalypse nous apporte un vent de fraîcheur automnal, après trois épisodes, on n’a couvert que 3 jours sur les 34 avant que la comète n’atteigne la Terre. C’est passablement long quand on pense que la série ne fait que 10 épisodes et considérant qu’en principe, la finale nous amènera justement au point Z. Ceux qui ne sont que pour l’action risquent de décrocher en cours de route, d’autant plus qu’on n’a aucune idée de la tournure que prendra la finale. Justement, il aurait été intéressant qu’au cours des épisodes on nous montre un peu plus de bribes du futur (formule éprouvée dans How Get Away with Murder, Revenge, Quantico, etc.) question de savoir où l’on s’en va et surtout de nous garder dans le coup. Cette apocalypse à venir, est-elle réelle? Assisterons-nous à un deuxième Last Man on Earth? La série a-t-elle l’intention de se terminer là ou a-t-on un plan pour plusieurs saisons? Tout dépend de la fin semble-t-il, mais espérons que le jeu en vaut la chandelle.

Sky One n’est pas un gros joueur à la télévision britannique si bien qu’il ne fallait pas s’attendre à des cotes d’écoute mirobolantes. Ainsi, le premier épisode a attiré 1,28 million de téléspectateurs en direct, au deuxième épisode ils étaient 850 000 et au troisième, 820 000. Pour la chaîne câblée, ces résultats sont tout de même bons, d’autant plus qu’ils semblent être en train de se stabiliser. Et comme c’est NBC qui a cofinancé la série, il est prévu qu’elle soit diffusée sur les ondes de la chaîne à la mi-saison en 2016. L’accueil des Américains sera assurément quelque chose à surveiller.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s