Back in the game / Trophy wife (2013): des femmes attachantes

Back in the game et Trophy wife sont deux nouvelles séries humoristiques produites par ABC aux États-Unis et qui sont diffusées depuis la fin septembre au Canada respectivement sur les ondes de CityTV et CTV.  Dans la première, on nous amène au Michigan alors que Terry junior (Maggie Lawson) revient s’installer avec son jeune fils Danny (Griffin Gluck) chez son père Terry sénior (James Caan), aussi surnommé « le canon ». Elle se portera volontaire pour coacher l’équipe de baseball dans laquelle joue son jeune fils et acceptera à contrecœur d’être secondée par son père avec qui elle vit des relations tendues. Dans la seconde, c’est Kate (Malin Âkerman) qui est au centre de l’action alors qu’elle tombe amoureuse de Peter (Bradley Whitford) qu’elle épousera par la suite. Mais voilà, cette jeune fêtarde verra sa vie changer du tout au tout puisque son mari a eu précédemment des jumeaux d’une première femme, Diane (Marcia Gay Harden), et a adopté un autre enfant avec la seconde, Jackie (Michaela Watkins). Kate tentera de s’attirer la sympathie de la marmaille, tout en essayant d’endurer les deux mères. Back in the game et Trophy wife ont pour personnages principaux deux femmes à la fois désœuvrées et fortes qui forcent l’attachement. Ces deux séries se révèlent à la fois rafraichissantes et drôles, tout en nous offrant un portrait peu conventionnel, mais original d’une famille moderne.

Back in the game : régler les démons du passé

En regardant le pilote de cette série, on peut d’abord conclure que la vie de Terry jr. est un échec. Sa carrière, très prometteuse, en tant que joueuse de baseball, s’est brusquement arrêtée après qu’elle soit tombée enceinte. Du coup, elle a perdu sa bourse d’études et est devenue concessionnaire, travail qu’elle déteste. Après avoir appris que son époux la trompait, elle l’a largué et décide de retourner dans sa ville natale… pour faire peau neuve. Cette décision ne l’enchante pas particulièrement parce qu’elle se doit de retourner vivre chez son père. Toujours prompt à lui faire la leçon alors qu’il est lui-même assez irresponsable, le nouveau « couple » réussira néanmoins à cohabiter et à se rapprocher en coachant, bien qu’ils s’y prennent de manière totalement différente.

Jusqu’ici, Back in the game parvient à maintenir une moyenne de plus de 6 million de téléspectateurs et le succès de la série est en grande partie attribuable au personnage de Terry jr. Lors du pilote, elle est au plus bas et incapable de trouver du travail, elle se résigne à retravailler chez un concessionnaire. On se rend compte qu’elle est toujours prisonnière du  milieu très macho (incluant le sport) dans lequel elle compte ses pires souvenirs. C’est cette évolution au cours des épisodes qui est agréable à regarder. Grâce à ses idées novatrices, elle se trouvera un emploi de serveuse et le fait d’être coach lui donnera une meilleure estime d’elle-même, tout en la rapprochant de son fils et de son père. Il arrive souvent aux deux Terry de se disputer, mais on sait qu’au fond, ils s’aiment bien et que c’est leur façon de se le montrer.

À l’image de Glee (Fox, 2009- ), l’équipe qu’elle coache, âgée entre 8 et 10 ans, est composée de laissés pour compte. Terry jr et Terry sr, parviennent à instaurer un sentiment d’appartenance au sein du groupe et chacun y va de son style. Terry crée ce sentiment d’unité en les motivant à vendre des tablettes de chocolat pour subventionner l’équipe (elle s’assure surtout que les garçons s’adressent en premier lieu à des célibataires divorcées qui seraient plus promptes à « manger » leurs émotions!) De son côté, « le canon » les amène dans une prison pour qu’ils jouent une partie amicale avec les prisonniers dans le but d’endurcir leur caractère. C’est dans cette ambiance qu’évolue Back in the Game. Les personnages ne sont pas caricaturés et certaines mises en situation et répliques nous décrochent plus qu’un sourire.

Trophy wife : que du positivisme

Kate est un personnage tout simplement adorable et son positivisme est plus d’une fois mis en contraste avec le snobisme de Diane et l’ingénuité de Jackie. Bien qu’elle ait laissé derrière elle l’insouciance en se mariant avec Peter, jamais elle ne se plaint et c’est elle qui fait le plus d’effort afin d’unir tout le monde. Les jumeaux du premier lit, Warren (Ryan Lee) et Hillary (Bailee Madison) sont en pleine crise d’adolescence. C’est cette dernière qui donne le plus de fil à retordre à sa famille. C’est qu’elle commence à fréquenter des garçons et à trimbaler de la vodka dans son sac à dos. Quant à Bert (Albert Tsai), l’enfant adopté de Jackie, il demande beaucoup d’attention; hyperactif à ses heures. C’est dans sa relation avec les enfants que Kate se révèle autant drôle qu’attentionnée. C’est qu’elle veut tisser des liens forts avec ses beaux-enfants. Diane, une éminente chirurgienne, la traite toujours avec condescendance, alors que Jackie, qui surprotège son fils, ne manque pas de lui faire sentir qu’elle n’est pas à la hauteur. Dans ces « combats de poules », où toutes rivalisent, le seul homme de la maison, Peter, reste en retrait.

L’entrée en ondes de Trophy wife n’a pas été aussi éclatante que Back in the game, mais se maintient quand même avec une moyenne de plus de 4 millions de téléspectateurs par semaine. Plusieurs critiques ont soulevé que le titre[1] de la série était à l’origine de cette méfiance de la part de l’auditoire et qu’en fait, après avoir regardé quelques épisodes, la série n’avait rien de sexiste. Bien que Kate soit une blonde jeune et sexy, jamais on ne tombe dans les clichés. C’est plutôt son côté gaffeur et servile qui séduit. Parmi les meilleures scènes jusqu’ici, à un moment, elle se porte volontaire pour s’occuper toute une nuit de Bert. N’ayant pas réussi à le faire dormir, elle lui donne du café le lendemain pour qu’il soit en forme à sa pratique de baseball. Une autre fois, Diane, qui sermonne pour une énième fois sa fille, demande à boire de l’eau. Kate, qui sait que la bouteille d’Hillary contient de la vodka, la finit d’un trait afin que sa mère ne s’en aperçoive pas.  Dans les deux cas, le résultat est tout simplement hilarant.

L’automne 2013 est fertile en nouvelles comédies, mais la plupart d’entre elles déçoivent et alors que We are men a été annulée après seulement deux épisodes, le compte à rebours est aussi en marche pour Dads et Mom et peut-être même Brooklyn Nine-nine.  Il en va tout autrement pour Back in the game et Trophy wife puisqu’ABC a récemment commandé des épisodes supplémentaires pour les deux séries. Très souvent, on retrouve les hommes au premier plan dans les comédies alors que les femmes sont cantonnées à des rôles traditionnels (mères de familles ou séductrices). Il en va tout autrement pour Kate et Terry jr. dans ces deux séries. Si elles sont victimes des événements et sous-estimées par leurs pairs, elles font preuve de beaucoup d’acharnement et d’ambition, mais le plus important est qu’elles parviennent à nous faire rire.


[1] En anglais, Trophy wife qualifie ces femmes qui mettent le grappin sur des hommes riches et plus âgés qu’elles. Leur arme principale étant le charme, les hommes sont fiers d’exhiber celles-ci, telles des trophées.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s