Mon meilleur ami (2013) : pourquoi lui et pas un autre?

Mon meilleur ami est la nouvelle série printanière de cinq épisodes produite par Séries + d’Astral. Le tout commence un jour d’été, alors que Simon et Alex, deux amis et prolifiques architectes se rendent dans un bois afin d’escalader une montagne. Simon, qui est distrait par son cellulaire, oublie de resserrer une corde à laquelle Alex est accroché, ce qui provoque la chute de ce dernier qui en ressortira paraplégique. Dès lors, on suit au cours des épisodes la difficile réadaptation et le deuil de ce père de famille qui était autrefois très actif. La série, loin d’être mauvaise, prend du temps à démarrer et nous laisse pantois à plusieurs égards. Pour ma part, le choix du comédien Claude Legault pour incarner cet exigeant rôle principal est à double tranchant. En tous les cas, il est positif que Séries +, chaîne câblée, reviennent pour un deuxième printemps consécutif avec une série toute québécoise[1].

Rythme, non-complicité et adversité

Le défaut principal de Mon meilleur ami, est qu’elle prend un peu trop de temps à s’installer, erreur considérable quand elle n’est composée que de cinq épisodes et que le rythme se doit d’être considérablement vif. En effet, le premier épisode est composé à grande majorité de flashbacks, nous montrant la vie d’Alex avant son accident. Là encore, on pousse un peu trop la note. C’est inouï à quel point la vie de tous ces êtres pouvait être parfaite. Simon se voyait offrir une promotion de rêve à New York, lui et Alex prévoyaient de faire un périple d’escalade en Californie, l’épouse d’Alex, Maryse, se voit attribuer un contrat important au bureau, leur famille composée de deux jeunes enfants ne pourrait être plus unie, l’argent rentre à fond, etc. Le contraste est un peu trop exagéré avec le triste retour à la réalité; le fait qu’Alex soit cloué à un fauteuil jusqu’à la fin de ses jours.

Il faut garder en tête le titre de la série qui jusqu’ici ne semble pas approprié : Mon meilleur ami. On s’imagine en effet que la série portera sur la relation entre Alex et Simon. Autant on éprouve de la pitié pour le premier, autant on aurait aimé qu’on explore davantage le remords ressenti par le deuxième, en partie fautif de l’accident. N’ayant visionné que les trois premiers épisodes, Simon n’a toujours pas avoué à Alex sa responsabilité et ne lui a pas non plus parlé de l’offre qu’il a reçue d’aller travailler en solo à New York, ce qui implique la fermeture de leur entreprise commune. Comme l’écrit Hugo Dumas dans La Presse : « Encore ici, le tourment de Simon nous est mal communiqué. Sa détresse passe mal et ne convainc pas[2] ». En effet, mis à part les flashbacks lors du premier épisode, peu de scènes sont consacrées à la relation entre Simon et Alex. Après l’accident de ce dernier, on nous les montre chacun de leur côté; Alex aux prises avec la réadaptation et Simon semblant ne se préoccuper que de leur entreprise commune. Bref, il y a un manque de complicité entre les deux.

La force de la série repose cependant dans les dialogues et le montage qui nous transposent avec justesse le désarroi ressenti par le personnage principal. Se réadapter à la suite d’un tel accident est une chose, mais accepter celui-ci en est une autre. Alex pense sérieusement au suicide dans les semaines suivant l’accident. Même certains personnages secondaires de la série avouent qu’ils préféreraient mourir plutôt que d’endurer un tel calvaire. Lors d’une touchante thérapie de groupe, Alex déblatère un monologue empreint d’un pessimisme difficile à entendre, parce qu’il contient un fond de vérité dont on ne peut faire fi. En effet, combien d’entre nous parviendraient à surmonter une épreuve du genre sachant qu’il n’y a pas de point de non-retour? En ce sens, Mon meilleur ami trouve les mots justes et en touchera plus d’un.

Claude Legault

Le problème récurrent avec les séries québécoises, c’est que nous retrouvons sans cesse les mêmes visages à l’écran. Qu’on ne s’y méprenne pas; Claude Legault est l’un des meilleurs acteurs au Québec et en plus ou moins 20 ans de métier à la télévision, il a toujours la cote auprès des téléspectateurs. L’interprète de 19-2, Minuit, le soir, Les 7 jours du talion, Les doigts croches, etc. a prouvé qu’il peut se démarquer dans tous les genres. Cependant, en regardant Mon meilleur ami, j’ai l’impression de regarder un comédien interpréter de façon remarquable un paraplégique, tellement son visage nous est familier sur les écrans du Québec.

À titre de comparaison, j’aimerais revenir sur la série Quadra, diffusée sur à Radio-Canada en 2000 et portant sur le même thème. Marc, dans la vingtaine est touché par balle lors d’un vol à main armée dans un dépanneur devient quadraplégique. Guy, à l’origine de l’accident est rongé par le remords et décide de s’occuper de lui jour et nuit. S’installera entre les deux individus une complicité qui faisait verser des larmes à la fin de chaque épisode. Qui se souvient qu’il s’agissait d’un des premiers rôles à la télévision pour Frédérick De Grandpré et de Maxime Denommée? La qualité de la minisérie s’explique non seulement par le contenu en général, mais encore plus par une interprétation touchante de deux comédiens alors inconnus du public. Dans ce cas, l’identification ou l’empathie à leur égard pouvait être totale.

Pour terminer, malgré la surprenante lenteur de Mon meilleur ami et alors qu’on se demande toujours pourquoi un tel titre en raison de présences trop brèves de Simon suite à l’accident d’Alex, je tâcherai de suivre la série jusqu’à la fin. En effet, en lisant le synopsis des derniers épisodes, il semble que tout le gros de l’intrigue y soit enfoui. Trop peu trop tard? Non, mais une certaine patience est de mise.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s