Smash, deuxième saison (2013) : le chant du cygne?

C’est au début de février 2013 qu’a recommencé la série Smash diffusée sur les ondes de NBC. Dans la première saison, on suivait un groupe d’artistes de Broadway qui mettaient sur pied « Bombshell »; une comédie musicale à propos de la vie de l’actrice Marilyn Monroe. Le cœur de l’histoire reposait sur la rivalité entre Karen et Ivy, deux jeunes femmes talentueuses se disputant le rôle principal. La saison se terminait en grande pompe alors que c’était finalement Karen qui avait été choisie. Au cours de la deuxième, « Bombshell » est mis sur la glace en raison de divers problèmes. Les répétitions continuent tout de même alors qu’on suit en parallèle l‘évolution d’Ivy qui s’est trouvée un rôle dans une nouvelle production et que deux nouveaux artistes pourraient bien voir leur création mise en scène. En raison d’une très forte baisse des cotes d’écoute entre la première et la deuxième saison, plusieurs doutent du retour de Smash pour un troisième opus. Si l’ajout des nouveaux personnages (peu attachants) est loin d’avoir redoré le blason de la série, il faut tout de même admettre que les numéros musicaux sont toujours aussi époustouflants et uniques… à condition qu’ils soient originaux.

Scindée en trois

L’essentiel de la première saison de Smash se concentrait autour de la production de « Bombshell », exploitant plusieurs rivalités, trahisons, remises en question entre les différents personnages, qu’ils soient producteurs, interprètes, compositeurs ou danseurs. Dans la deuxième saison, la comédie musicale n’est toujours pas présentée devant public et on a l’impression de tourner en rond. En effet, combien d’épisodes seront nécessaires afin d’en venir à bout? Le problème avec cette série somme toute divertissante était le trop grand nombre d’épisodes. Comme l’écrit Chris Harnick dans la version en ligne du Huffingtonpost : « If « Smash » was done in a cable model and had 8-10 episodes, the show would have had to reel in the absurd subplots, basically trim all the unnecessary fat that everybody complained about[1] ». Notons entre autres les interminables chicanes de couple entre Julia et son mari Frank ou entre Karen et Dev, donnant l’impression que la série flirtait un peu trop avec la structure d’un quelconque soap d’après-midi. Je l’ai mentionné plus tôt, la rivalité entre Karen et Ivy n’est plus, puisque cette dernière joue maintenant dans une adaptation musicale du roman « Liaisons dangereuses ». Dans celle-ci, les répétitions sont parfois comiques, parfois exagérées, reste qu’on s’ennuie de la compétition, jusque-là omniprésente, entre la blonde et la brune.

Smash accueille aussi deux nouveaux personnages : Jimmy, un musicien et compositeur et son ami Kyle, scénariste. Karen les rencontre par hasard dans un bar et ne manque pas de les présenter à Derek, metteur en scène de « Bombshell ». Tous s’accordent sur le talent de ces jeunes paumés et au fil des épisodes, on tente de monter une de leurs créations en spectacle. Voilà, Jimmy est un être colérique, qui s’insurge dès qu’on critique son travail et qui ne veut jamais faire de concessions. Son attitude intransigeante finit par lasser à la fin. En effet, qu’un si jeune homme sorti de nulle part se voit accorder l’attention de producteurs sérieux et n’en fasse qu’à sa tête tombe sous le sens. Il devient aux yeux du téléspectateur un être égoïste et prétentieux, qui accapare malheureusement le tiers de chaque épisode. En fait, trois mondes parallèles se côtoient, ce qui résulte d’une trop grande dilution de la série. D’un autre côte, ces univers génèrent encore plus de numéros musicaux, ce qui fait la force de la série.

Smash n’est pas Glee

Depuis quelques années, on assiste à une recrudescence des numéros musicaux dans les séries américaines, et ce, sans compter les émissions de divertissements tels The Voice. Dans Glee par exemple, les étudiants font partie d’une chorale et interprètent uniquement des chansons déjà commercialisées par des artistes de tous azimuts. Dans le cas de Smash, le synopsis veut que l’on soit en train de créer une comédie originale qui se retrouvera éventuellement sur Broadway. Il en va donc de même des numéros musicaux présentés ou en construction. Sur ce point, la deuxième saison de la série se surpasse. Bien que la dilution de l’histoire tout juste évoquée ci-haut handicape le scénario de Smash,  reste que c’est une bonne excuse pour fournir encore plus de chansons et chorégraphies époustouflantes et audacieuses. De plus, un judicieux montage nous montre ces numéros interprétés par les artistes qui sont en répétition, alors que dans le plan suivant, on les voit comme s’ils performaient devant public avec costumes et décors.

D’un autre côté, Smash à parfois tendance à imiter Glee en insérant des numéros déjà composés par d’autres (« Don’t dream It’s Over » de Crowded House, If I Were a Boy » de Beyoncé, « Would I Lie To You » de Eurythmics, etc.), ce qui est franchement énervant. Les producteurs cherchent peut-être à s’attirer un plus grand auditoire, reste que ce n’est pas le ton de la série et que ces capsules ont un ton faux. Si les personnages interprétaient des chansons en hommage à Broadway ou en lien avec Marilyn Monroe, au moins, on resterait dans le style de la série.

En terminant, on reste mitigé quant au deuxième chapitre de Smash et on peut se questionner sur son avenir. Le dernier épisode de la précédente saison, enregistrait un auditoire de 11.4 millions alors que ces dernières semaines il stagnait à 2,6. La case horaire de la série est aussi modifiée, passant du mardi soir au samedi… c’est presque l’abdication de la part de NBC. Le pari d’avoir ajouté de nouveaux personnages ne semble pas avoir porté ses fruits et on ne peut imaginer que « Bombshell » ne soit pas encore sur les planches. Personnellement, je suivrai la saison jusqu’à la fin et espérerais même la voir se renouveler, mais dans un format plus condensé, plus intense, sans distractions et où le côté musical original serait maître.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s