Cracked (2013) : se démarquer dans un genre conventionnel

Cracked est la nouvelle (et la seule) série de l’hiver 2013 produite par CBC. On y suit le détective Aiden Black, atteint de troubles de stress post-traumatique, et la psychiatre Daniella Riley alors qu’ils enquêtent au sein d’une unité spécialisée dans les crimes psychiatriques. À chaque épisode, ils sont appelés à résoudre des meurtres en joignant leurs compétences en matière d’investigation et psychiatrie. Les crimes d’un épisode à l’autre sont très différents de même que la personnalité des meurtriers, mais la liste des émissions du genre est si longue que je ne saurais par où commencer. Une critique du premier épisode de la série sur le blogue critictoo[1] résume mon propos :« La prise de risques est minime et, bien qu’un sujet comme les maladies mentales permet clairement de sortir des sentiers battus, tout reste assez conventionnel». Néanmoins, le personnage principal, Aiden, est un être assez complexe et attendrissant pour qu’on ait envie de poursuivre la série.

Déjà-vu

En 1996 apparaissait sur les écrans la série The Profiler sur le réseau NBC jusqu’en 2000. On y suivait la Dre Samantha Waters, une experte en psychocriminologie affiliée au FBI dont le mari avait été tué quelques années plus tôt par un tueur en séries. À chaque épisode, elle établissait le profil psychologique de criminels déséquilibrés afin de faire avancer les enquêtes à l’aide de policiers chevronnés. En 2000 sur les ondes de TVA au Québec était diffusée la série Fortier qui se poursuivra jusqu’en 2004. Le personnage principal, Anne Fortier, est embauché aux Service Anti-Sociopathes où elle fait équipe avec les services policiers afin de les aider à élucider des crimes majeurs et neutraliser des menaces importantes[2]. De 2005 jusqu’à nos jours, CBS a introduit la série Criminal Minds qui se déroule au sein de l’Unité des analyses du comportement (behavioral analysis unit) du FBI. C’est toute une équipe qui est chargée d’établir le profil psychologique des tueurs, la série se concentrant davantage sur cet aspect que sur le crime en soi. Et nous voilà de retour en 2013 avec Cracked, qui ironie du sort, est présentée en même temps que NCIS : Los Angeles, série policière très populaire diffusée sur Global au Canada et CBS aux États-Unis.

Il est donc assez difficile de se démarquer tant on a l’impression que ce type de séries a tout fait, tout dit. Cracked vient au moins confirmer le genre policier avec des crimes dont les circonstances dépassent l’entendement et dont l’identité du meurtrier reste inconnue jusqu’aux dernières minutes de l’épisode. Le tandem Black/Riley entre dans le monde des victimes et même des meurtriers avec compassion et respect, ne se limitant pas seulement à effectuer leur boulot, mais bien à comprendre la psyché et les motifs de ceux-ci.

Courtoisie, CBC

«You don’t talk»

C’est ce que l’ex d’Aiden répond à ce dernier alors qu’il cherche à recoller les pots cassés. En fait, au début du tout premier épisode, il ne parle pas mais caquette! Il travaille en tant que policier et dans un café, un homme le traite de «chicken» parce qu’il ne fait rien pour accélérer le service à la clientèle. Aiden, à bout de nerfs, se met à caqueter devant l’homme. C’est après cet incident que sa supérieure décide de le muter dans l’unité spéciale avec Daniella. Celle-ci, tout en faisant équipe avec lui, a pour mandat de le surveiller et de rapporter ses moindres faits et gestes suspects. L’ex petite amie d’Aiden avoue à Daniella que lorsqu’ils étaient en couple, il parlait peu et pouvait se perdre dans ses pensées pendant des heures avec la larme à l’œil. Aiden avoue aussi qu’il a au moins vu trois psychiatres jusqu’ici. Au début du quatrième épisode, un homme pris d’une crise de démence se retrouve sur le capot d’une voiture essayant d’enfoncer la vitre où se trouve une passagère. Alors qu’il s’enfuit, Aiden est comme pris d’un moment d’égarement et ne parvient pas à le neutraliser. Mais qu’est-ce qui cloche chez lui?

Un flash-back

C’est au quatrième épisode qu’Aiden à un flash-back alors qu’il tente de neutraliser l’homme mentionne plus haut : on le retrouve dans un autobus scolaire lors d’une prise d’otage. Le malfaiteur tient un enfant dans ses bras, un couteau sur sa gorge. On ne connaît pas les circonstances exactes entourant l’événement, toujours est-il que l’homme est tué et on est porté à croire que l’enfant a aussi péri dans l’incident, ce qui nous aide à comprendre la détresse ou la culpabilité qu’éprouve Aiden.

C’est en même temps cette détresse qui nous permet de nous attacher à ce personnage. Dans le premier épisode, le meurtrier est un jeune adolescent atteint de schizophrénie. Il tue ses jeunes victimes croyant que le sacrifice de leurs vies aidera à guérir sa mère en phase terminale d’un cancer. Lors de la confrontation finale entre lui et Aiden, ce dernier pose son arme sur sa propre tempe et y va d’un attendrissant monologue comme quoi tout le monde souffre et veut en finir, mais que malgré tout la vie vaut la peine d’être vécue. Dans un autre épisode, un père de famille est arrêté, suspecté d’un meurtre. Aiden prend en charge son fils, le ramène chez lui et va jusqu’à dormir dans sa voiture stationnée à la résidence de celui-ci afin de s’assurer qu’il est en sécurité. Dans le même épisode, il sauvera la vie de Daniella in extremis et au péril de la sienne. Enfin, à un autre moment, une jeune femme flirte avec lui. Il accepte bien d’aller prendre un verre avec elle, mais conservera assez de jugement pour ne pas aller plus loin, d’autant plus qu’au fil de l’épisode, cette dernière devient de plus en plus suspecte. Aiden fait donc preuve de professionnalisme, mais surtout de compassion envers les victimes, ce qui est d’autant plus touchant puisque nous savons qu’il combat lui-même ses propres démons; faisant passer l’intérêt des autres avant les siens.

En terminant, Cracked ne réinvente pas le genre et fera face au cours de la saison à une compétition féroce des émissions du même genre, déjà implantées depuis quelques années dans le paysage télévisuel. On aurait souhaité que CBC innove davantage avec un concept plus original en sortant des sentiers battus. Néanmoins, la diversité des crimes dans les épisodes (meurtre, enlèvement, dépendance affective, secte, etc.) combinée avec la personnalité attachante des principaux protagonistes, en particulier celle d’Aiden, viennent marquer des points. Reste à savoir si la série aura un pouvoir d’attraction assez fort pour fidéliser le téléspectateur à long terme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s