The Great Race (1965) : Un générique en hommage au début du cinéma

Réalisé par Blake Edwards (1922-2010), The Great Race est une comédie qui se déroule au début du XXe siècle alors que plusieurs concurrents s’affrontent dans une course en voiture à travers trois continents. Le générique à lui seul rend hommage aux débuts du cinéma en au moins 6 exemples et vaut le coup d’œil :

1- Tout d’abord, le film est dédié à Stan Laurel et Oliver Hardy, duo de comédie par excellence des premières heures du cinéma qui ont contribué à définir le genre et à influencer les prochains comiques comme Chaplin, Arbuckle et Keaton.
2- Le diaporama est inspiré de la lanterne magique, l’ancêtre des appareils de projection. À l’époque, seules des images fixes pouvaient être projetées. Dans ce générique, on peut y apercevoir des images relatant le film à venir.

Lanterne magique

3- La diapositive « Ladies, kindly remove your Hats » était souvent projetée avant une projection, tout comme de nos jours, on recommande d’éteindre un cellulaire avant un film. La mode du début du siècle favorisait de larges chapeaux chargés de plumes et de fleurs. Voici deux images humoristiques de l’époque :

Courtoisie: American Treasures of the Library of Congres

Courtoisie: American Treasures of the Library of Congres

4- Lors des premiers films muets, les scénarios n’étaient pas nécessairement nuancés. Tout comme les images en noir et blanc, il y avait soit des « bons », soit des « méchants ». Le public réagissait beaucoup lors de projections; la situation est bien dépeinte ici alors qu’il nous est aisé de comprendre que le personnage de Jack Lemon sera le méchant, celui de Tony Curtis le gentil et celui de Nathalie Wood…la jolie femme !

5- Tout au long du générique surviennent des problèmes techniques. La lumière qui s’éteint, le problème d’enchaînement des diapositives, une mouche ou un pouce sur la pellicule ou encore celle-ci qui brûle. Ces problèmes étaient d’autant plus fréquents aux débuts du cinéma. Des salles entières ont été ravagées par les flammes comme l’incendie du Bazar de la Charité et celui du Laurier Palace en 1927 à Montréal.

6- Et il y a l’image finale : depuis des siècles on a cherché à travers la peinture à rendre une image aussi réelle que possible. La photographie y est d’abord parvenue. Puis, le cinéma y a ajouté le mouvement. Le début d’une longue histoire d’amour…

Publicités

Une réflexion sur “The Great Race (1965) : Un générique en hommage au début du cinéma

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s