Les Piliers de la Terre (2010) : hommage à la foi et à une cathédrale

pilars cast
Les Piliers de la Terre est une coproduction germano-canadienne qui a été diffusée au Canada sur le réseau Movie Central et The Movie Network. Bien que la série soit déjà âgée de deux ans, il a fallu attendre l’été 2012 pour qu’elle soit diffusée au Québec sur AddikTV, une chaîne câblée facile d’accès et rediffusée à nouveau au mois de novembre de la même année. Cette minisérie de huit épisodes est une adaptation du roman à succès du gallois Ken Follett « Pillars of Earth ». On se retrouve en plein XIIe siècle alors que l’architecte Tom surnommé « le bâtisseur » se rend à la ville de Winchester dans l’Hampshire pour y construire une immense cathédrale. En toile de fond, la mort du roi Henri I déclenche une guerre de succession entre sa fille Maud et son neveu Stephen qui s’étale sur plus de 12 ans. Combats, machinations pour empêcher la construction de la cathédrale, alliances et trahisons résument bien cette série aussi touchante que captivante.

Toute la série tourne autour d’un seul lieu : la cathédrale de Winchester qui est la vision d’un seul homme; Tom le bâtisseur. Depuis longtemps, il rêve d’édifier un monument à la gloire de Dieu dont il se veut l’artisan. Tom liera une relation avec Ellen, dont le fils, Jack (le personnage principal), est un admirable sculpteur qui contribuera beaucoup à la construction de la cathédrale en collaborant avec les prieurs et la communauté. À l’opposé, il y a l’Évêque Waleran qui complote avec une famille noble, les Hamleigh, dans le but d’empêcher la construction de celle-ci.

Le thème central de cette série est la foi, incarnée par la construction de cette cathédrale. Les artisans comme Jack, Tom, Martha, les prieurs et ceux qui les accompagnent en sont dotés alors que ceux qui s’y opposent ont soif de pouvoir et veillent davantage à leur intérêt personnel. Alors que les fondations d’une première cathédrale brûlent, le crâne d’un saint s’y trouvant est détruit. Le prieur Philip ment, affirme que la relique est intacte et décide de la remplacer par un crâne quelconque. Il faut bien comprendre qu’à l’époque, une relique dans un établissement religieux est garant de la prospérité de toute une ville puisque des centaines de fidèles affluent pour rendre hommage à celle-ci, ce qui accroît l’économie locale. Les honneurs, la gloire, le prestige; peu importe à ces personnages; ce qui compte c’est de construire la cathédrale. Édifiée par le peuple et fréquentée par le peule, c’est un lieu de magnificence où tous sont admis et égaux.

À l’opposé, nous retrouvons des personnages haut placés. Un évêque, une famille noble et le roi. L’Évêque Waleran incarne l’institution de l’Église. Nommé par le roi et le pape, il est responsable de l’âme de toute une population. À sa mort, lors d’une vindicte populaire, il refuse même l’absolution du prieur Philip, lui crachant du sang au visage. La famille Hamleigh est composée du père, Percy, de son épouse Regan et de leur fils William. Regan, pour parvenir à ses fins tuera à la fois son mari et un évêque afin de favoriser la nomination de Waleran. Elle entretient aussi une relation incestueuse avec son fils, la seule âme au monde qui soit chère à ses yeux. Celui-ci n’est pas en reste. William, avec ses troupes, envahit Winchester et assassine plusieurs civils. Alcoolique et débauché, il a commis plusieurs viols et bat sa femme. Torturé par l’amour de sa mère, il l’assassinera et finira sous la potence pour ses crimes commis. Quant au roi Stephen, il n’hésite pas à voler la couronne de son neveu, quitte à déclencher une longue guerre dans laquelle son unique fils Eustache sera tué. Dans les derniers épisodes, il a des visions de tous ses crimes commis et termine ses jours dément.

Les Piliers de la Terre reste une série unique en son genre de par l’époque où l’histoire se situe et par le thème de la croyance religieuse. Plusieurs séries dites historiques ont été crées au cours des dernières années. Pensons au Tudors, aux Borgias et même la série documentaire Secrets d’Histoire. Dans celles-ci, toute l’intrigue tourne toujours autour des gens au pouvoir; ceux que nous retrouvons dans nos manuels d’histoire. Dans Les Piliers de la Terre, non seulement on suit des gens du peuple (justement… ces piliers, ceux qui forment la base de la société), mais le tout est réalisé dans une époque si lointaine, que la série met en image un moment dans l’histoire peu exploité au cinéma et à la télévision. Et puis il y a la foi. La série française Ainsi Soient-il s’attaque à ce thème, mais sinon, ce groupe de la société est mise au rancart dans la plupart des séries, tout comme dans nos quotidien. À une époque où les églises se vident à vue d’œil, une série comme Les Piliers nous ramène à la base de notre société. La foi l’a cimentée en un seul corps pendant des siècles et la construction de ces églises qui a dû parfois s’échelonner sur plusieurs générations témoigne de l’œuvre du peuple, pour le peuple.

Bien que cette série ne dure que huit épisodes, les événements se déroulent si rapidement qu’elle nous tient en haleine du début à la fin. Plusieurs de nos protagonistes préférés meurent à un moment ou à un autre dans des conditions poignantes. Les contacts entre les gens du peuple débordent de simplicité et, fait rare, la plupart des scènes violentes sont peu explicites et filmées avec tact. Les Piliers de la Terre est certes une fiction, mais elle repose sur des événements réels. Les monarques à l’origine de la guerre civile ont bel et bien existé. Les derniers plans de la série qui nous montrent la cathédrale de Winchester sont authentiques et celle-ci existe toujours. Un bel hommage entre le présent et le passé; l’œuvre d’un peuple datant de plus de mille ans.

Cathédrale de Winchester

En conclusion, il n’y aura pas de suite à cette excellente série. Par contre, un autre livre de l’auteur Ken Follett, « World Without End », a été adapté à la télévision en 2012 et présenté à partir du 4 septembre sur les ondes de Showcase au Canada. Cette fois, la tumultueuse et fascinante guerre des Deux-Roses en Angleterre figure en toile de fond.
En attendant de retrouver la série sur des chaînes plus accessibles, je suggère aux passionnés de cette époque le livre de Follett.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s